Francasco!
Télécharger CV
  • Biographie
  • Expositions
  • Prix
  • Médias
"Je fais de la photographie artistique. Je m'intėresse aux couleurs, au minimalisme de formes. Je crois que le rattachement au sens, à l'essence de l'image, la transmission de la composante intérieure de l'objet sont nécessaires. Je suis kinesthésique c'est pourquoi j'expérimente avec les moyens et les méthodes (photographiques comme technologiques) dans la réproduction de factures. Je pense que l'art - c'est le "terrain d'essais" où la synesthésie naît et de se développe le plus activement."
Hélène Zakhtser,
Membre de l’Union Créative des Artistes de la Russie.
Les œuvres sont dans les collections:
- de la Musée Russe, Saint-Pétersbourg, Russie
- de la musée d’art d’Iaroslavl, ville d’Iaroslavl, Russie
- de la Galerie Nationale de la République des Komis, ville de Syktyvkar, Russie

Education:
2009-2011 VGIK (Université d’Etat de Russie de la cinématographie S.Guérassimov, Moscou, Russie)
Photographe, Photographe artistique.

Critique
2011, Irina Tolkatcheva: "Danse de salon" et "Danse sur la Glace" d’Hélène Zakhtser

Les séries d’Hélène Zakhtser représentent un projet intéressant qui, à notre avis, devient tout naturellement une composante des tendances modernes de l’évolution de la photographie comme un moyen d’approche de l’essence profonde des choses qui ne ressemble point à leur apparence. A la limite du XX et XXI siècles nous pouvons observer le même parallèle à l’évolution de la photographie au tournant des XIX et XX siècles due à un nouveau développement des sciences et technologies. A la base de n’importe quelle image – que ce soit une photographie de reportage, un instant arrêté, un snap-shot, en général, n’importe quel moment fortuit où l’on appuie sur le bouton de déclenchement, - et bien, à la base de n’importe quelle de ces images un artiste, qui ajoute à son oeuvre les sens et les associations désirés, crée une représentation qui peut être assez éloignée de son prototype.
Dans les séries proposées, l’auteur a choisi un sujet qui, à l’origine, était perçu comme romantique et dont la forme est lue dans l’imaginaire collectif comme "élégant" et "beau". D’une part, c’est une voie risquée pour l’auteur parce qu’il y a toujours le danger de se trouver dans la catégorie de la banalité et de la platitude. Mais par ailleurs des sujets et des images éternels comme ceux-ci sont un terrain d’exploration assez intéressant. Est-il possible de trouver ici de nouveaux sens et comment seront-ils perçus? L’élégance des danseurs et des danseuses, la beauté de leurs vêtements et de leur danse a, sans doute, son charme pour le spectateur et ce dernier (d’une manière subconsciente, peut-être) va plus volontiers au contact avec cette image, laquelle, d’une part, il peut mettre en rapport avec son expérience individuelle, et d’autre part, cette image est toujours associée à quelque chose "d’élitiste" et "d'artistique". Donc l’oeuvre est aussi automatiquement perçue comme élégante parce qu’elle a été conçue comme telle.
La perception de la photographie originale est toujours là – le spectateur devine le contexte initial – les costumes de danseurs, les rangs de spectateurs que l’on voit vaguement, l’espace d’action – tout cela nous fait penser aux compétitions, à un concours, à une intervention démonstrative. Mais, en général, l’auteur s’est déjà éloigné dans un espace onirique, d’imagination et de souvenirs d’autres mondes où les danseurs se transforment en une image scintillante, et la photographie s’estompe en une image thermographique, un dessin pastel, un graffiti ou encore une vue à travers un verre dépoli et mouillé. Au premier abord, l’image ne ressemble pas à une photo à un tel point que le spectateur ne peut pas l’identifier du premier regard. Mais il suffit de regarder encore une fois pour que l’on commence à reconnaitre l’image "documentaire" qui apparait à travers les couches superposées du traitement sémantique et technique. L’auteur a réussi à trouver une proportion intéressante entre le réel et l’imaginaire qui charme et trouble le spectateur, qui le fait retourner à ces images et les examiner encore et encore.
Nous ne pouvons pas lire la pensée directe de l’auteur ou bien, si on peut le dire, son "message" d’une manière univoque. L’auteur se concentre sur l’image, il y a des formes qu’il souligne et met en relief, il y en a d’autres qu’il aplanit et masque. La réalité se transforme complètement – on voit apparaître des couleurs inattendues, des textures bizarres. Mais le sens profond – à quel point change-t-il? C’est l’éternel problème du rapport entre la forme et le contenu que l’auteur essaie de résoudre à la base de ses photographies. Et il le résout, mais en même temps il nous laisse un champ libre pour des interprétations et des recherches. Hélène Zakhtser a réussi à créer une image qui est intéressante par sa multivalence et qui suscite en nous le désir de réfléchir.

2013, Irina Tolkacheva: "Portraits des instants" d’Hélène Zakhtser

Les œuvres d'Hélène Zakhtser de la série "Portraits des instants" sont laconiques du point de vue de l'image, mais elles sont complexes en ce qui concerne leur réalisation. Chaque photo a été traitée manuellement en pastel. Chaque épreuve, tout en étant une photo, devient une œuvre unique et exclusive. Du fond sombre, du néant absolu on voit apparaître l'image d'un artiste au moment où il est absorbé par une émotion. Le photographe a choisi, peut-être, la meilleure façon d'exprimer tant de choses complexes en une simple image que ce soit la personnalité du musicien, les sentiments du spectateur, les impressions que la musique fait naître. Rien n'existe – sauf un moment qui apparaît de l'obscurité, un instant qui se transforme en un signe. Ce signe-là est très simple, c'est une forme de base, une lettre ou une note, mais à son aide on peut transmettre une multitude infinie de sens, de sentiments, d’intonations et de nuances. Chaque artiste apparaît en même temps comme une individualité brillante et exceptionnelle et comme un symbole – un symbole d’un instant unique en harmonie avec la musique.
Ces photos sont très simples, immobiles et autosuffisantes, mais en même temps elles sont pleines d’énergie qui bat quelque part sous la surface et on sent qu’il faut encore quelque chose pour détendre... Un frôlement, un contact manuel. C’est pour cela que l’image est traitée en pastel qui est conducteur entre les mondes – les mondes du son, des émotions et de l’image.

2018, Liudmila Kotchergan : synopsis de l’exposition «Ecce Homo» d’Hélène Zakhtser dans la Galerie Nationale de la République des Komis

Au mois de mars 2018 dans la Galerie Nationale de la République des Komis a eu lieu l’exposition du photographe de Moscou Hélène Zakhtser qui présente ses travaux à des vernissages et des concours avec succès. Cette fois le projet d’exposition a été réalisé dans la ville de Syktyvkar qui est la capitale de la République des Komis. Le sujet de cette exposition c’est le sport, ou plutôt la boxe, alors que sa conception c’est l’interprétation de la force interne et de la puissance physique de l’homme non seulement par la création des images artistiques par les moyens de la photographie mais aussi sur le niveau de l’interprétation philosophique de l’idée de « surhomme » dans le monde d’aujourd’hui.
L’exposition n’est pas grande – 19 photos réalisées de 2010 à 2017. La série « Je chante les combats et l’homme » («Tale of Arms») fait en 2012 est consacrée à la boxe, c’est la série principale de l’exposition qui se divise en deux sous-sujets : boxeurs et combats. La série comprend de matériaux réels bien que l’auteur ne désigne pas la place et l’événement où la prise de photos a eu lieu. La véracité factologique est assurée non seulement par les visages familiers de sportifs et les noms indiqués sur l’équipement de boxeurs, mais aussi par l’effet de l’actualité de ce qui est entré dans le cadre ce qui a été réalisé par l’auteur.
Les photographies de boxeurs ont le caractère imagé le plus artistique, en fait ce sont les portraits, mais elles portent un autre sens à savoir elles transmettent l’état intérieur de l’homme où tout est visible, tout a du relief et tout est réel : son essence intérieure profonde, son humeur du moment, le pressentiment du possible qui naît à ce moment et qui est dirigé vers l’avenir, qui programme celui qui entre en combat à la victoire. La série visuelle des boxeurs d’Hélène Zakhtser qui se compose de personnes tout à fait différentes représente néanmoins une image unie du sportif : non seulement in vrai « pro », mais aussi une personne qui possède quelques caractéristiques « supérieures » – surnaturel, surhumain, extraordinaire.
La création d’une image de ce genre ne peut pas ne pas être liée avec sa héroïsation – l’auteur utilise des termes parlant de la grandeur dans le nom de la série en citant une ligne du poème Enéide de Vergile où le poète chante la valeur de ceux qui, selon la légende, ont fondé la civilisation de Rome ancienne. L’opposition du caractère héroïque de l’antiquité à la société moderne qui essaie, mais sans beaucoup de succès, de trouver quelque fondement de son existence, nous laisse voir une perception du monde qui est liée, peut-être, au principe de consolidation et d’union, et dans le monde qui est divisé entre hommes et femmes, l’auteur nous laisse nous interroger à ce que nous devons nous rappeler concernant la moitié forte de l’humanité.
Le renvoi au traité de Friedrich Nietzsche «Ecce Homo: Comment on devient ce que l'on est» donne à l’exposition le contenu idéologique supplémentaire. Il s’agit non seulement des citations issues de ce traité qu’on peut voir à l’exposition (qui sont écrites avec beauté par l’Académie de la calligraphie de Moscou et réalisées d’une manière artistique par les étudiants du Collège des arts de la République des Komis à la veille du vernissage) mais aussi de la perception du monde propre à l’auteur de l’exposition qui est à la base de son crédo artistique. En percevant son époque comme le temps de la crise spirituelle Nietzsche voyait la clé à transformer l’humanité dans la renaissance des principes de Dionysos opprimés et cachés dans l’homme pendant toute l’existence du cristianisme ; par sa proclamation de la mort des Dieux le philosophe a prédéterminé la révélation de couches plus profondes de l’ame humaine, et c’est bien la mise à décovert de ces couches, d’après son idée, qui doit amener à l’apparition du « surhomme ». A partir du quotidien du combat de reportage jusqu’aux discussions conceptuelles à propos de la question à savoir s’il est possible de trouver dans l’homme moderne ce que Nietzsche a annoncé dans son traité, – ce n’est qu’une direction de la logique que l’auteur a mis à la base de son exposition.
Une nuance supplémentaire que l’on comprend sur le niveau sentimental penda nt l’exposition concerne le haut niveau de l’impression de photographies. Comme on ne peut pas comparer l’impression que l’on a lorsqu’on voit l’œuvre original et lorsqu’on voit une copie ou une reproduction digitale, on ne peut pas comprendre toute la conception de l’auteur à l’aide d’une photographie digitale en format électronique même si cette photo est réalisée avec beaucoup d’art et de précision. Les œuvres d’Hélène Zakhtser – c’est avant tout la photographie artistique c’est-à-dire, au moment de la prise de photo, l’auteur avait une conception artistique bien déterminée pour la réalisation de laquelle l’auteur a beaucoup réfléchi sur l’éclairage, l’aspect, l’environnement etc., – tout ce qui s’appelle l’étude de la nature dans l’art. Evidemment le choix du format noir et blanc est plus proche à la perfection esthétique.
La série «Lot» («Set») dès le début est partie composante de l’exposition comme un élément qui renforce la dramaturgie de l’exposition où la tension de la puissance, du tempérament, de la volonté pourrait être alternée par la méditation sereine qui provient de la contemplation de phénomènes ou d’objets statiques et immobiles du monde qui nous entoure. L’auteur a choisi des objets de factures différentes qui peuvent être réunis dans une photographie sur le niveau de la comparaison comme, par exemple, chiffons et bois, pierre et métal, mais plus souvent les factures sont bien à part : pile de bois, un escalier qui monte et qui est fait de pierres, avec des marches usées pendant des siècles, un tas de tuiles et une seule photo en antithèse à la nature morte et qui représente une paupière fermée d’éléphant. La facture est si vive, si palpable, que le spectateur la perçoit aussi bien sur le niveau visuel que dans la forme de sensations tactiles appropriées.
En tout cas il n’y a rien d’étonnant que cette exposition réalisée sur le point de jonction de l’art de photographie, de sujets sportifs et de la perception philosophique du monde est devenue un plateau interactif sur lequel les écoliers se rencontrent avec les boxeurs professionnels, les étudiants non seulement prennent connaissance de la vie et de l’œuvre de Friedrich Nietzsche mais aussi font leurs propres conférences concernant le sujet de la médecine dans les arts plastiques, et le jeu de questions-réponses sur les sujets concernant la photographie – la boxe – l’art a été gagné par l’équipe d’érudits du club intellectuel.

2018 - "Visible et Visible", Exposition personnelle, Musée d'Art de Yaroslavl, Yaroslavl, Russie
L'art de la photographie, après avoir connu l'enfance comme la fixation la plus précise de la réalité, s'est tourné vers le problème de la compréhension sensuelle individualisée du monde. Hélène, en continuant la tradition de «photographie-recherche» dans ses œuvres, est aussi honnête que possible avec le spectateur - permettant aux spectateurs de s'immerger dans le monde de leurs propres images, significations et concepts, offrant ainsi de devenir un partenaire dans la création, et surtout, réaliser une nouvelle réalité. Les photo-illusions d'Hélène Zakhtser - à l'aide de moyens techniques et de matériaux rares pour l'impression - se fondent sur des paysages, des objets, des personnages complètement réels pour faire considérer l'ambiguïté de l'image et les possibilités infinies de son interprétation.
Hélène Zakhtser travaille en série, bien que l'idée de la compréhension artistique du monde et de sa place permette à l'auteur de combiner les œuvres de différentes séries en un seul projet. Vingt-neuf des travaux de l'auteur offrent 29 possibilités de réflexion sur la réalité humaine de l'Univers.

2018 - "ANTINOMIA" Exposition, "Nagornaya" galerie, Association des "Halls d'exposition de Moscou", Moscou, Russie
Le projet de l'atelier créatif expérimental pose la tâche de considérer la photographie abstraite comme une forme particulière de recherche et de réflexion de la réalité et a été nommée «ANTINOMIE / réalité à l'envers» parce que l'abstraction est antinomie, une opposition de la réalité. Cependant, si dans l'art abstrait, l'abstraction existe comme une forme subjective et émotionnelle de la réalité qui reflète la réalité, elle n'est souvent pas directement associée et dépend largement de la psychologie et de l'imagination de l'artiste, abstraction de la photographie. le processus photographique fait inévitablement partie de la réalité, même le plus possible "(" abstraction "latine), en en faisant abstraction et en plongeant le spectateur dans un flot d'associations et d'images formées dans leur esprit.

2018 - "Ecce Homo", Exposition personnelle, Galerie nationale de la République de Komi, Syktyvkar, Russie
La Galerie nationale de la République de Komi présente l'exposition d'Hélène Zakhtser, une talentueuse photographe de Moscou qui a réalisé avec succès plus d'un projet d'exposition dans les régions de Russie. La force d'attraction des photographies d'Hélène Zakhtser repose sur l'unité de la philosophie, l'image artistique et le documentaire. Les téléspectateurs de Syktyvkar se voient offrir une exposition supplémentaire, "Ecce Homo".

2017 - "Art-Eco" Exposition internationale de photo, Hall des Beaux-Arts, "Lavrushinsky 15" Povolzhsky Branche de l'Académie des Arts de Russie, Moscou, Russie
La genèse de tout art est en grande partie déterminée par le désir de l'homme d'imiter la nature. L'art dans son essence est un moyen d'harmoniser les processus psychophysiologiques de la vie humaine, un moyen de s'intégrer dans notre environnement. En créant une chose de beauté, l'artiste crée l'harmonie.

2017 - "Photographie esthétique", Exposition personnelle, Centre d'art contemporain de Novgorod, Veliky Novgorod, Russie
Les conservateurs présentent l'exposition "Photographie esthétique", qui comprend environ 50 œuvres d'Hélène Zakhtser, provenant de différents musées et collections privées. Un certain nombre de séries seront proposées à l'attention des connaisseurs d'art, professionnels et amateurs de photographie, où les spectateurs trouveront quelque chose reflétant leur esprit et leur âme, comme l'ont déjà noté les critiques et les experts de la photo dans les grandes compétitions internationales. Les images ne sont pas liées à un temps particulier ou à un système politique, et concernent plutôt l'éternel, la beauté qui n'empêche pas les estampes de refléter l'information mondiale et les processus technogènes, bien que cela change la compréhension commune de la photographie. Les spectateurs sont invités à se plonger dans la variété des documents imprimés disponibles aujourd'hui, en sélectionnant soigneusement les images dans lesquelles l'auteur change à la fois le contenu et la perception du moment fixé.
Une mosaïque subtile, plutôt qu'un simple mélange d'impressionnisme, de postimpressionnisme, de constructivisme, de minimalisme et d'expressionnisme abstrait, implique les spectateurs dans une nouvelle réalité présentant des éléments d'expérience esthétique classique, non classique et virtuelle.

2017 - "Pas de ... boîte!", Exposition personnelle, Galerie de photos "Rachmaninov Garden", Saint-Pétersbourg, Russie
Dansez et combattez! Danser comme une expression plastique des rêves, des aspirations, des expériences. Combat comme une manifestation de l'instinct de légitime défense et de survie. Qu'est-ce qui est commun et quelle est la différence entre ces deux arts les plus anciens, occupant également la place de la philosophie, de la science et de la religion? Hélène Zakhtser présente deux séries d'œuvres: "Tale of Arms" et "Danses, Esquisses". L'un est documentaire, l'autre est artistique; l'un est noir et blanc, l'autre est coloré; réaliste et impressionniste. Le mouvement et le calme du corps humain sont imprimés par Hélène dans une étonnante tonalité figurative, soulignée par une solution spéciale de couleur claire, qui permet aux visiteurs de construire leur perception en utilisant des associations mentales et symboliques.

2017 - "Art Portrait Club", Exposition internationale et concours d'art contemporain, "Moscow House of Artists", Moscou, Russie
2016 - "Transformation", Exposition dans le cadre de l'événement "Tiefloart: La Nuit des Arts", Bibliothèque d'Etat Russe pour Aveugles, Moscou, Russie
2016 - "Graphiques des ombres", Exposition, Association créative "Classics", Ivanovo, Russie
Il y a des vérités éternelles. Il y a des valeurs éternelles. Il y a des thèmes éternels.
L'un de ces thèmes est le thème de la lumière et de l'ombre, que tout artiste aborde tôt ou tard. Il est impossible de ne pas être pris dans le jeu complexe de points lumineux et d'ombres capricieusement agitées. Cette image fascine, incitant l'artiste à "capturer un beau moment".

2016 - "Contre le courant / Porte rouge" Exposition itinérante, Académie russe des arts, Saratov-Tolyatti-Moscou-Oufa-Kazan, Russie
Ce projet de recherche à grande échelle est basé sur la méthodologie du leader du mouvement européen des Lumières du XVIIe siècle, Jan Amos Komensky, qui a créé une œuvre encyclopédique pour les jeunes «Le monde des choses sensorielles en images». La tâche des organisateurs du projet - à travers les œuvres d'artistes du début du XXIe siècle - est de refléter la diversité du monde environnant de la nature et des relations humaines, d'explorer le processus de l'art moderne. En 2016, dans le cadre d'un concours académique, les œuvres d'art ont été considérées sur 10 thèmes: Paradis, Feu, Air, Eau, Terre, Jour et Nuit, Temps, Saisons, Cataclysme, Espace. Plus de 700 artistes de Moscou, Saint-Pétersbourg, 14 districts de la région de la Volga, ainsi que Novossibirsk, Tomsk, Ekaterinbourg, Vladimir, Vladikavkaz, Kalouga, Souzdal, Rostov-sur-le-Don et la Crimée ont participé au concours. Les expositions de l'exposition itinérante comprennent plus de 200 œuvres de plus de 180 artistes de Moscou, Saint-Pétersbourg, Saratov, Samara, Togliatti, Ijevsk, Perm, Penza, Cheboksary, Kazan, Nijni Novgorod, Oulianovsk, Oufa et Novossibirsk.

2016 - "Lipetsk Art Semaine", Exposition internationale et concours des arts contemporains, salle d'exposition de la région de Lipetsk, Lipetsk, Russie
2016 - "Danse de Salon" démonstration, "Bossa Nova" maison de danse, Moscou, Russie
Cette démonstration tente d'unir la tranquillité que l'art crée, avec l'expression, que contient la danse.

2016 - Le 3-ème Salon de Photographie de Moscou, Gallerie de la Photographie Classique, Moscou, Russie
Le Salon de Photographie de Moscou est une foire annuelle qui réunit tous les participants du marché de photographie de la Russie – galleries, fondations et collectionneurs privés. Cette année la foire sera organisée pour la troisième fois. En Russie cete foire est un évenement unique qui présente l’offre formulée dans le domaine de la photographie et un système bien réfléchie de la standartisation et de l’estimation d’oeuvres photographiques. Le Salon est positionné comme un analogie des foires photographiques connus dans le monde et il est orienté vers l’émergence du marché photographique russe et son intégration avec le marché mondial.
Ces dernières années la foire qui, au début, n’était qu’un évenement commercial est devenue un lieu de rendez-vous qui contribue au développement de points de vue alternatifs sur l’art photographique et son histoire. Sans entrer en confrontation avec les institutions de photographie qui existent déjà à Moscou le Salon offre une toute nouvelle formule d’exposition qui réunit un haut niveau de la présentation, un niveau qui, en fait, est digne d’un musée, et l’ambiance d’un club.
“ L’idée de développer le Salon dans la dimension de la qualité plutôt que de la quantité était une décision préméditée “, - dit Mark Kobert, dirigeant du Salon. – “ Avec le temps le Salon est devenu un évenement important dans le monde de la photographie et il génère la nécessité d’organiser les expositions à un niveau très haut. La popularité de la photographie en tant que média est à l’origine de la naissance d’un grand nombre de projets et aujourd’hui les dirigeants de ces projets possèdent de larges possibilités de présenter des oeuvres vraiment extraordinaires à nos spectateurs “. La plupart d’imporantes institutions de photographie et collectionneurs de Moscou et de Saint-Pétersbourg prennent part à ce Salon. Les participants étrangers sont présentés par les galleries de Paris, Minsk et Bruxelles.

2016 - Exposition Internationale et Concours d’Arts Contemporains “Semaine Artistique de Novgorod”, “Centre de l’Art Moderne “Dialogue”, Novgorod, Russie
Le projet est un évenement local qui présente les oeuvres professionnels au public de Novgorod.

2015 - Exposition "Espace Idéal", 6-ème Projet international "Art abstrait classique", Salle d’exposition "Nagornaya", Moscou, Russie
Le 6-ème Projet international "Art abstrait classique en Russie d’aujourd’hui" est un projet qui est destiné à identifier la place de l’art dans la culture contemporaine, à représenter une grande quantité de points de vue avec la participation d’artistes d’art abstrait étrangers. Dans ce processus l’abstraction est orientée vers le developpement de la conception de "l’idéal" ce qui exige le soutien et le developpement de la culture ainsi que le dialogue critique. Cette conception va se matérialiser à travers un processus à beaucoup de niveaux en format "L’espace de l’idéal". Les artistes de l’art abstrait vont prendre part dans ce dialogue en présentant leurs projets et en agissant comme une équipe réunie par l’intérêt commun pour le developpement de la conception de "l’idéal".

2015 - Foire de la Gallerie "Beaux Arts Visuels", Salle de Colonnes en Gostiny Dvor, Moscou, Russie
2014 - Exposition "Forme et Couleur", Salle d’exposition "Nagornaya", Moscou, Russie
L’exposition "Forme et Couleur" est un kaléidoscope de couleurs et de cadres monochromes qui reflètent notre réalité qui change toujours. Chaque image est une opinion d’auteur, une vision, une interprétation. Des angles insolites de caméra captent des caractéristiques essentielles des objets alors que des formes et des couleurs apportent leurs valeurs d’expression.

2014 - Exposition dans le cadre du projet "Semaine de photo de Russie 2.0" par la Magazine de Photo de Russie, Centre de Photo sur le Gogolevsky, Moscou, Russie
La "Semaine de photo de Russie 2.0" est un évenement important dans le domaine de la photographie et une plate-forme de ventes.

2014 - Exposition "Art abstrait en Russie moderne", le 3-ème Projet international "Art abstrait classique", Salle d’exposition Nagornaya, Moscou, Russie
Le 3-ème Projet international "Art abstrait en Russie moderne" est organisé pour soutenir la culture en proposant un dialogue artistique. La possibilité de "penser abstrait" est un des traits de personnalité les plus distingués qui est sans doute formée en même temps que la capabilité de communiquer et qui est étroitement lié au language. En fonction de nos buts et objectifs nous pouvons parler du même sujet sur des niveaux d’abstractions différents. L’art abstrait crée son propre univers.

2014 - Exposition "Ars Longa", l’Académie d’Arts de Russie, Moscou, Russie
L’expression "Ars longa, vita brevis" a sa raison : l’art est immortel, mais les aristes peuvent mourir et être oubliés. "Ars Longa" en notre cas dois être compris non seulement comme un catalogue annuel mais comme un projet, un modèle idéal ou comme un objectif éloigné. Quand nous parlons de l’"art abstrait" nous sous-entendons des valeurs culturelles, savoir-faire technique developpés et le professionnalisme. Nous espérons que vous allez trouver tout cela dans notre nouvelle édition.

2014 - Exposition "Architectonique abstraite" dans le cadre du projet "Art abstrait classique", Salle d’exposition "Bélyaévo", Moscou, Russie
L’abstraction est capable de vous rendre hipnotisé, - dit un des curateur de l’exposition, artiste David Ru – elle libère votre inconscient, vous donne l’occasion unique de révéler votre "Moi" créatif à son maximum.

2013 - Exposition "Bons baisers à Moscou", Place des Arts, Moscou, Russie
La Maison internationale de musique de Moscou sur les Collines Rouges organise le Festuval En Plain Air pour célebrer le Jour de Moscou samedi le 7 septembre.

2013 - Exposition Internationale du Portrait Photographique, Gallerie Griffith dans le campus de l’Université d’Etat Stephen F.Austin, Nacogdoches, Texas, Etats-Unis
Dirigé par Andrey Martynov « Visage : Evolution du Portrait en Photographie » explore de nouvelles tendances modernes dans le domaine du portrait photographique. Cette exposition à dimension internationale présente des approches différents à partir des expériences avec la photographie analogue traditionnelle jusqu’à l’application de nouvelles technologies.

2013 - Exposition "Portrait" - le projet "Art actuel", Hall d'exposition à Begovaya et Central Hall d'exposition "Tushino". Moscou, Russie.
L'exposition a lieu dans le cadre du projet annuel de l'Union artistique de peintres de la Russie "L'art aujourd'hui". Ce projet a déjà 10 ans, cette année il est consacré au portrait qui est un des courants les plus complexes de l'art visuel. L'histoire du portrait est bizarre. Dans l'espace artistique accessible nous pouvons voir ses traces à partir de portraits raffinés de Néfertiti jusqu'aux expériences des avant-gardistes du XXème siècle : l'être humain comme composante du monde concevable est toujours objet de l'attention soutenue de l'artiste qui tâche d’exprimer les recherches spirituelles et artistiques de son temps. De par sa nature le portrait est proche du réalisme car la véracité de la représentation est une des conditions du genre. En même temps l’interprétation artistique de l'image assure l'actualité intemporel le de ce genre, simbolise la supériorité de l'art sur la vie, la généralisation artistique de l’impression momentanée et immédiate.

2013 - "Semaine de l'art slave en Allemagne". Salon international de l'art contemporain à Berlin. Hall d'exposition du Centre russe de la science et de la culture "Maison russe", Berlin, Allemagne
2013 - "Portraits des instants", La Maison Internationale de la Musique, Salle de Svetlanov, Moscou, Russie
La série d’oeuvres artistiques "Portraits des instants" – c’est une tentative d’arrêter les instants de l’année du 10ème anniversaire de la Maison de la musique et qui vise, non seulement, à fixer sur la photo les fragments de concerts de musiciens célèbres de jazz et de rock tels que Al Di Meola, Al Jarreau, Shakura S'Aida, Curtis Stigers, John Pizzarelli ou Joe Bonamassa sur la scène de la salle Svetlanovsky, mais aussi, ce qui est beaucoup plus important, à utiliser des moyens artistiques pour retransmettre leurs sentiments et l’ambiance qu’ils ont créés. Les portraits n’ont pas de mise en scène et le cadrage ne les surcharge pas du réel (documentaire).
Dans ce cas-là, la photographie ne tâche pas d’imiter la peinture, l’auteur ne cache aucunement le recours à ce moyen technique, tout au contraire, le pastel et la sauce qui élargissent l’étendue des moyens artistiques viennent, à l’aide, pour mettre des accents sur les couleurs, graphismes, émotions de l’image.
La Maison de la Musique qui est toujours prête à improviser, à réjouir et à étonner ses spectateurs avec des projets inattendus et brillants qui sont bâtis à la charnière des arts différents : musique et peinture, cinéma et littérature, est heureuse de proposer à l’attention du public les essais photographiques d'Hėlène Zakhtser qui sont une reproduction toute naturelle des événements musicaux de cette année du dixième anniversaire, une reproduction documentaire, par ses matériaux, et individuellement artistique par la manière de sa réalisation.

2012 - "Fleur de fleur", Gogol Maison Exhibition Hall, Moscou, Russie
Les artistes de tous les temps ont peint des fleurs: Repin, Vroubel, Somov, Plastov, Makovsky, Fonvizine... Peindre une fleur pour un artiste est comme un serment de beauté ou une déclaration d'amour. En effet, qu’y a-t-il de plus beau qu'une fleur? L'exposition est démocratique dans le choix des "photos artistiques" - les travaux d'auteurs différents ont fusionné en un thème unique de célébration.

2012 - "La neige tombe sur tout le monde de la même façon", Chaliapine Maison Gallery, Moscou, Russie
"La neige tombe sur tout le monde de la même façon” est une exposition des artistes de genres et de styles différents: de "naïf" et "primitif" jusqu’aux représentants de l'impressionnisme russe et de l'école classique du réalisme. La philosophie de l'exposition et une philosophie de la bonté et de la miséricorde. C’est vrai que la neige tombe sur tout le monde de la même façon: sur les oiseaux et les gens, sur les chiens et les chats, sur les toits et les monuments, sur les arbres et les buissons, sur les êtres stupides et intelligents, sur le riche et le pauvre, sur les vieux et les jeunes. Toutes les personnes, toutes les âmes sont égales devant notre Créateur.

2012 - Une Semaine d’ Arts Modernes, Centre d'art contemporain M'ARS, Moscou, Russie
La 12e exposition internationale d'art russe "Une Semaine d’ Arts Modernes" existe depuis très longtemps et sert de rendez-vous pour tous ceux qui s’intéressent à l’art moderne, historique et traditionnel de la Russie, des pays de la CEI et du monde entier.
Dans de nombreuses salles d'exposition les visiteurs pourront voir des peintures de haute qualité, sculptures, dessins, installations, photographies, vidéos et œuvres d’art décoratif et appliqués du 20e et du 21e siècles présentés par plus de 3000 artistes venus de Russie, de la CEI et du globe.
Au cours de la Semaine d'Art Russe à Moscou les collectionneurs du monde entier vont découvrir les meilleurs objets d'art de la Russie et des autres pays et profiter de l'échange interculturel dynamique que seule cette exposition et cette ville peuvent offrir.

2012 - "FACE : évolution du portrait dans la photographie", Arrezzo&Fotografia 2012, Arezzo, Italie
L' exposition FACE est consacrée à l'évolution du portrait dans la photographie d'art moderne. Les oeuvres de plus de 50 auteurs provenant de 20 pays ont participé au festival d'Arezzo & Fotografia. (Les œuvres de jeunes artistes se retrouvent côte à côte avec les photographies d'artistes célèbres. FACE combine des images traditionnelles et des interprétations conceptuelles du genre portrait réalisées à l’aide de diverses techniques photographiques. Exposées en même temps et dans le même lieu, ces œuvres constituent un ensemble qui n'a pas la prétention de refléter toute la multitude d’idées réalisées dans la photographie d’aujourd'hui, mais qui donne une image, assez juste, des particularités et de la place du portrait dans l'art moderne. Marco Bruni, président de l'Associazione Fotografica Imago, a déclaré que l'exposition est considérée comme une gigantesque mosaïque de portraits de l'Ouest et de l'Est, ce qui souligne le caractère international d'Arezzo et Fotografia (28 septembre - 7 octobre 2012).

2011 - "Danse de salon", Salle à colonnes du Stade "Dynamo", Moscou, Russie
Série "Danse de Salon" et "Danse sur la Glace" est un projet dans lequel l'auteur a fondu des faits réels et des rêves avec des souvenirs pour faire une image vacillante de danseurs et transformer une photographie en une sorte d’amalgame d’images thermique, de dessin au pastel, de graffiti et de vues à travers un verre mat et humide. Fixation sur les mouvements, concentration sur la couleur et la lumière sont devenues des outils pour l'étude d'un large éventail d'émotions humaines : joie, colère, passion et souffrance.

2011 - "Postréalisme. Version 1.0", galerie "Chien Noir", Moscou, Russie
"Postréalisme version. 1.0" est la première exposition dédiée à l’art numérique. Il n’y a que 10 ans que les professionnels de la photographie ont découvert la photographie numérique et le traitement d'images numériques, alors que de nos jours la plaisanterie que "le Photoshop est le meilleur ami des filles" est devenue bien connue de tout le monde. Les possibilités d'acquisition et de traitement d'images qui existent aujourd’hui sont pratiquement illimitées. Le degré de modification d'image varie d’une simple retouche lumière, correction de couleur et de texture jusqu’au retraitement complet de l'image original et tout cela n’a pas de limites autres que l'imagination de l'auteur. Collages, inversions, déformations, rendus d’image, application de l'ensemble immense de filtres et de plug-ins font partie d’un assortiment d'outils habtuels d'un artiste moderne.
Les visiteurs de l'exposition peuvent trouver un large éventail de styles à partir du réalisme jusqu’à l'abstraction, du graphisme à la peinture, mais de toute façon il est devenu difficile de définir clairement un style d’art en utilisant la terminologie en usage. Des limites visuelles se sont élargies de nouveau ce qui a produit des résultats très intéressants.

2011 - "Géométrie et Plastique", "Galerie de Peschanaya", Moscou, Russie
L'exposition "Géométrie et plasticité" présente des oeuvres dérivées à partir d'une photographie "pure" reflétant des personnes et des objets réels, ainsi que virtuels, des images numériques qui n'ont pas leurs prototypes dans notre réalité. Et pourtant, les auteurs ont pu trouver un rapport exact entre ces deux royaumes: le réel et l'imaginaire. Les œuvres sont créées dans le cadre de l'expérience virtuelle esthétique, synthèse combinant les principes disparates et les catégories de l'esthétique classique et non classique.

2011 - "Improvisations et Interprétations", galerie "Photo Clandestine", Winzavod, Moscow, Russie
Improvisations et interprétations sur les thèmes de la créativité et de découvertes artistiques de grands photographes du XXe siècle, ainsi que des représentants remarquables de différents courants artistiques de la fin du XIX-XX siècles sont présentées à l'exposition organisée par VGIK Photo & UnDerGroUnD à Winzavod. Des photos qui sont visualisées sur un écran font leur effet par le mystère de la lumière et de l'ombre, symphonie de couleurs, par le facteur de forme abstrait qui est agressif et plastique en même temps, à la recherche de l'esthétique de la forme pure – essentiellement multimédia et virtuels.

2018 - Home: Nominé d’Americana catégorie, Professionnelle
            11ème Compétition du Prix de la Couleur Internationale (ICA).
2017 - Bridge to Heaven: Nominé d’Architecture catégorie, Professionnelle
            12ème Compétition du Prix de la Photographie Noire et Blanche (Black&White Spider Awards).
2016 - Somewhere In Between: Nominé d’Architecture catégorie, Professionnelle
            11ème Compétition du Prix de la Photographie Noire et Blanche (Black&White Spider Awards).
2016 - Pattern 1: Nominé d’Abstrait catégorie, Professionnelle
            11ème Compétition du Prix de la Photographie Noire et Blanche (Black&White Spider Awards).
2016 - Pattern 2: Nominé d’Abstrait catégorie , Professionnelle
            11ème Compétition du Prix de la Photographie Noire et Blanche (Black&White Spider Awards).
2016 - Gazing at the Glazing: 3ème place d’Abstrait catégorie , Professionnelle
            14ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2016 - Sunlight: Mention honorable des Beaux Arts, Landscape catégorie, Professionnelle,
            14ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2016 - Somewhere in Between: Mention honorable d’Architecture, Historic catégorie, Professionnelle,
            14ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2016 - Synchro Freestyle: Mention honorable dans le Sport, Water Sport catégorie, Professionnelle,
            14ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2016 - Gazing at the Glazing: Bronze medal d’Abstract catégorie, Professionnelle,
            Prix de la Photographie, Paris (Px3).
2016 - Abraham of Galich Convent: Mention honorable dans la Nature catégorie, Professionnelle,
            Prix de la Photographie, Paris (Px3).
2016 - Earth Below My Feet: 1,2,3 places dans le Textile and Prints catégorie, Professionnelle,
            la Semaine de l'Art Russe, Lipetsk.
2016 - Draft: Mention honorable des Beaux Arts, Nature morte catégorie, Professionnelle,
            9ème Compétition du Prix de la Couleur Internationale (ICA).
2016 - Gale: Mention honorable des Beaux Arts, Abstrait catégorie, Professionnelle,
            9ème Compétition du Prix de la Couleur Internationale (ICA).
2016 - Gazing at the Glazing: Cover 1: Nominé d’Abstrait catégorie, Professionnelle,
            9ème Compétition du Prix de la Couleur Internationale (ICA).
2016 - Line: Nominé d’Abstrait catégorie, Professionnelle,
            9ème Compétition du Prix de la Couleur Internationale (ICA).
2016 - Split: 1 place dans le Arts Décoratifs catégorie, Professionnelle,
            la Semaine de l'Art Russe, Novgorod.
2016 - Arona: 1 place dans le Textile and Prints catégorie, Professionnelle,
            la Semaine de l'Art Russe, Novgorod.
2015 - Transformation: Mention honorable des Beaux Arts, Effets Spéciaux catégorie, Professionnelle,
            13ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2015 - Marcella: Mention honorable des Publicité, Personnalité catégorie, Professionnelle,
            13ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2015 - Set: Mention honorable des Beaux Arts, Nature morte catégorie, Professionnelle,
            13ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2015 - Warp: Mention honorable des Beaux Arts, Abstrait catégorie, Professionnelle,
            13ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2015 - Primitive 3: Mention honorable des Beaux Arts, Abstrait catégorie, Professionnelle,
            13ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2015 - Four Seasons: Mention honorable des Beaux Arts, Abstrait catégorie, Professionnelle,
            13ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2015 - Earth Below My Feet: Mention honorable des Beaux Arts, Architecture catégorie, Professionnelle,
            Prix de la Photographie, Paris (Px3).
2015 - Cachito De Cielo: Mention honorable des Beaux Arts, Nature morte catégorie, Professionnelle,
            Prix de la Photographie, Paris (Px3).
2015 - Draft: Mention honorable des Beaux Arts, Nature morte catégorie, Professionnelle,
            Prix de la Photographie, Paris (Px3).
2015 - Primitive 3: Mention honorable des Beaux Arts, Abstrait catégorie, Professionnelle,
            Prix de la Photographie, Paris (Px3).
2015 - Station: Mention honorable des Beaux Arts, Architecture catégorie, Professionnelle,
            8ème Compétition du Prix de la Couleur Internationale (ICA).
2015 - Vault: Construction 1: Nominé d’Abstrait catégorie, Professionnelle,
            8ème Compétition du Prix de la Couleur Internationale (ICA).
2014 - La Vie en Rose: Mention honorable de Nature, Couchant catégorie, Professionnelle,
            12ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2014 - Matter-of-Factness: Mention honorable de Nature, Arbre catégorie, Professionnelle,
            12ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2014 - Improvisations: Study 8: Mention honorable de Nature, Arbre catégorie, Professionnelle,
            12ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2014 - Station: Mention honorable d’Architecture, Intérieurs catégorie , Professionnelle,
            12ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2014 - Symbolic Structures: 2ème place dans l’Architecture, Publicité catégorie, Professionnelle,
            Prix de la Photographie, Paris (Px3).
2013 - Oblivion: Mention honorable des Beaux Arts, Paysage catégorie, Professionnelle,
            11ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2013 - Mise en Abyme: Mention honorable des Beaux Arts, Abstrait catégorie, Professionnelle,
            11ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2013 - Oblivion. To Vasco da Gama: Mention honorable d’Architecture, Ponts catégorie, Professionnelle,
            11ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2013 - Portraits of Moments: Mention honorable des Publicité, Musique catégorie, Professionnelle,
            11ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2013 - Oblivion. Go by: Mention honorable des Beaux Arts, Places catégorie, Professionnelle, Printemps 2013 International,
            Femmes Photographes Professionnels (PWP).
2012 - In the Snow: 1ère place dans le Paysage catégorie, Professionnelle,
            la Semaine de l'Art Russe.
2012 - Vault. Construction 1: Mention honorable d’Architecture, Intérieurs catégorie, Professionnelle,
            10ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
2012 - Vault. Construction 1: Mention honorable des Beaux Arts, Abstrait catégorie, Professionnelle,
            10ème Compétition du Prix de la Photographie Internationale (IPA).
- Photo Russe Magazine, Numéro 1-2, 2010
- The Moscow News, 2011
- The Moscow Times, 15-06-2011
- Moscou North TV, Invité spécial de l’émission télévisée "Une nuit de musées ouvert de Moscou, 2011"
- Artist Portfolio Magazine, Numéro 6, 2012
- Photo Russe Magazine, Mars 2013 (version en ligne)
- Photomasterskaya Magazine, Numéro 4, 2013
- "Art Aujourd'hui. Portrait", Académie Russe Des Arts, 2013
- Photo Russe Magazine, Septembre 2014 (version en ligne)
- "Prix De La Photographie, Paris", Livre annuel PX3 Numéro 8, 2014
- "Ars Longa", Académie Russe Des Arts, 2014
- Culture TV "L’espace de l’idéal", 26-08-2015
- "L'art Abstrait Dans La Russie Moderne", Fédération internationale des artistes, 2015
- "Int'l photography awards", The Lucie Awards, 2016
- "Contre le courant / Porte rouge", Académie Russe Des Arts, 2016
- "Prix De La Photographie, Paris" Livre annuel PX3 Numéro 10, 2016
- Russie 1 TV "Photographie Esthétique", 12-04-2017
- Russie 1 TV "Ecce Homo", 01-03-2018
- "Antinomie", Académie Russe Des Arts, 2018